Mode de vie et habitat

Habitat du Râle des genêts

En France, le Râle des genêts occupe essentiellement les prairies de fauche des vallées alluviales. Les couples s’installent dans les parcelles qui présentent une hauteur d’herbe suffisante à leur retour de migration.
Un certain nombre de caractéristiques déterminent la présence de l’espèce. Ainsi, les touffes de végétation haute (roseaux, baldingère, rumex, guimauve,…) en bordure ou dans les parcelles permettent aux râles de se réfugier lorsque la croissance de l’herbe est ralentie, lors des printemps tardifs, par exemple.

Ce sont les secteurs soumis régulièrement aux inondations qui sont occupés. Dans la grande majorité des cas, l’espèce s’installe dans les prairies naturelles fauchées. Quelques rares cas d’installations dans des prairies pâturées, des prairies artificielles et même des champs de céréales ont été rapportés. Plus fréquentes sont les observations dans les marais, en bordure d’étangs ou dans les tourbières. Les secteurs les mieux drainés sont évités, tout comme les zones inondées en permanence.

Le Râle des genêts
Crédits : Louis Marie Préau

Importance de la végétation

Les milieux occupés présentent en général une végétation atteignant une hauteur supérieure ou égale à 60 cm, avec une sous-strate bien représentée. Une densité trop forte gêne la progression des oiseaux. La diversité floristique, notamment en dicotylédones, représente une caractéristique primordiale. Les prairies uniformes sont les moins attractives. La Menthe, l’Achillée, l’Œnanthe, la Gratiole, le Rumex, le Séneçon des marais… figurent parmi les végétaux qui composent typiquement la végétation des milieux de reproduction.

Comportement

Le Râle des genêts
Crédits : Louis Marie Préau

Solitaire, le Râle des genêts se montre actif par le chant dès le crépuscule et ce, jusqu’à l’aube, avec quelques pauses nocturnes.

Farouche et rarement observé à découvert le jour, le Râle se tient dans l’herbe haute où il se tapit. Lors de ses déplacements, la tête est maintenue plus basse que le reste du corps. De temps en temps, il dresse le cou au-dessus des tiges pour surveiller les alentours ou lancer son appel.

Il est rarement observé en vol. Débusqué, il préfère se faufiler dans la végétation à la manière d’un petit mammifère et ne volera que s’il y est obligé. Son vol est lent et bref.

Régime alimentaire

Le Râle des genêts se nourrit en grande partie d‘invertébrés, mais aussi de graines et de feuilles tendres que recèlent les prés où il se cantonne. Parfois, il s’aventure dans les champs cultivés proches où il picore semences et jeunes plantules.

Partagez :